Fabrication du livre


Elle requiert plusieurs étapes:

  • Vérification des fichiers prépresse:

Bien que les logiciels de mise en page et de traitement prépresse (XPress, InDesign par exemple) permettent de réaliser la vérification de la conformité des fichiers PDF au moment de leur création, l’imprimeur doit néanmoins contrôler que les fichiers PDF reçus respectent les normes et spécifications ISO 12647 et satisfont aux exigences de sa chaîne de production.
Il s’assurera, entre autres, de la présence de toutes les polices, de toutes les images, de la compatibilité du nombre de pages, de la conformité des couleurs (CMJN), d’éventuels problèmes de transparence ou de défonce, etc.


Imposition


  • Imposition:

Cette étape consiste à positionner les pages du document sur le format d’impression (SRA3 en numérique). La position des pages est fonction du nombre et du sens des plis réalisés après impression sur la feuille imprimée.



  • Impression, assemblage et finition

Il existe principalement 2 techniques adaptées à la réalisation de livres : l’impression NUMÉRIQUE et l’impression OFFSET.


la presse numérique

Presse numérique

Elle utilise directement les données du fichier PDF et traite en une étape l’impression des pages qui sont imprimées par procédé laser recto verso, triées et empilées dans l’ordre du livre. L’ensemble peut être immédiatement massicoté côté dos et encollé avec la couverture (imprimée à part) selon le principe du dos carré-collé. Le livre est ensuite massicoté sur les trois bords restants (toujours grâce aux traits de coupe), ce qui termine la fabrication du livre.

En impression numérique, le coût des exemplaires, ainsi que le temps d’utilisation de la presse, est directement proportionnel à la quantité imprimée.

Les presses numériques peuvent imprimer de 4 000 à 6 000 feuilles à l’heure soit l’équivalent de 200 livres de 240 pages au format A5.


la presse offset

Presse offset
Cette presse a besoin de plaques d’impression réalisées par photogravure à partir des données du fichier PDF (une par couleur CMJN). Chaque plaque est fixée sur la presse, sur le rouleau porte-plaque correspondant à sa couleur. Les encres grasses, distribuées par des encreurs rotatifs viennent imprégner les plaques aux endroits gravés. Les plaques les reportent sur le blanchet. C’est ce dernier rouleau qui dépose l’encre sur le papier, assurant l’impression d’une seule couleur.

Blanchet
La quadrichromie impose donc le passage du papier sous quatre blanchets à la suite pour réaliser l’image couleur finale. Pour limiter le nombre de plaques et donc de passages en machine, il est souhaitable que les dimensions du papier d’impression permettent l’imposition d’un nombre de pages aussi élevé que possible. Les feuilles d’impression offset sont heureusement plus grandes que la taille fixe (SRA3) des presses numériques.
Les feuilles imprimées sont ensuite pliées (selon le type d’imposition) pour constituer des cahiers. Ces cahiers seront assemblés dans l’ordre du livre puis collés à la couverture soit après brochage soit par la technique du dos carré-collé. Le travail se termine par le massicotage aux dimensions requises par le format de l’ouvrage.

En impression offset, les plaques, leur photogravure, leurs calages, le réglage du papier, les nettoyages après impression, engendrent des coûts incompressibles non négligeables. Ces coûts ne peuvent être amortis que sur des quantités imprimées importantes.

Les presses offset feuille à feuille peuvent imprimer de 4 000 à 20 000 feuilles à l’heure. Les rotatives offset les plus puissantes peuvent imprimer, par heure, une surface de papier correspondant à plus de 800 000 feuilles SRA3, soit l’équivalent de 28 000 livres de 240 pages au format A5.

© ART 2016                                                                                     AUTEURS DES RÉGIONS ET DES TERROIRS                                                                                           V 3.00