La mise en page de l’iconographie.


Elle ne sera réalisée que lorsque :

– tous les documents ont été fournis et sont nommés ou numérotés

– leur définition et leur résolution sont adaptées au format d’impression

– leur position dans le livre est clairement définie par l’auteur

– leur éventuelle légende référencée enregistrée dans un fichier texte indépendant


Le maquettiste ayant besoin de repérer, dans le texte, les positions qu’elles doivent occuper, la mise en page des images sera évidemment réalisée concomitamment avec celle du texte.


MP 1
Les images incorporées peuvent occuper toute la largeur du texte qui, interrompu dans sa continuité, reprendra sa place après l’image.
Elles peuvent n’occuper qu’une partie de la largeur et dans ce cas le texte continuera en contournant l’image par le côté libre. On parle d’habillage de l’image.
MP 2
MP 3
Il est possible aussi de les placer au cœur du texte interrompant ainsi la continuité horizontale des lignes de texte qui se poursuivront après l’image. Pour être viable, ce procédé requiert que la largeur de l’image soit très réduite par rapport à la longueur des lignes de texte.
Il est à noter que les images ne sont pas forcément cantonnées à la zone de texte et qu’elles peuvent déborder dans les marges et même dépasser légèrement des limites du livre.
(voir : impression à bords perdus)
MP 4
MP 5
De plus, les images peuvent être détourées par le logiciel de mise en page de telle sorte que le texte n’habille plus seulement ses limites physiques, mais l’objet principal de son contenu.
Il reste aussi la possibilité de tracer une forme (surface fermée) qui servira de « pochoir » ne laissant voir que la partie correspondante de la photo située derrière.
MP 7MP 6
Il existe plusieurs façons d’ancrer une image dans un texte.

— l’image est ancrée à une page dont elle occupe tout ou partie de l’espace.
— l’image est ancrée à un paragraphe de texte.
— l’image est ancrée à un mot.


L’ancrage d’une image permet à celle-ci de suivre, dans ses déplacements, l’objet auquel elle est référencée.

C’est, à la fois, un outil précieux et une arme à double tranchant.

En effet, toute modification ultérieure apportée à la mise en page peut entraîner un déplacement de la référence d'ancrage tel que l’image doit « sauter » à une autre page où elle ne manquera pas d’en décaler le texte d’autant, provoquant ainsi une réaction en chaîne aux effets dévastateurs. Ceci fait penser à la théorie mathématique du chaos qui prédit qu’un battement d’aile de papillon est susceptible de provoquer un ouragan aux antipodes.


Mais restons dans notre domaine et rappelons à nouveau avec insistance l'inanité d'entreprendre une mise en page sans détenir des documents complets, corrigés et dans leur version définitive.

© ART 2016                                                                                     AUTEURS DES RÉGIONS ET DES TERROIRS                                                                                           V 3.00